Département de Géographie régionale comparée

à l'époque : Wilhelm-Leuschner-Platz 10,

aujourd'hui : Institut de Géographie régionale, Schongauerstraße 9

Associé au Musée d'ethnologie, le Département de Géographie régionale comparée se trouvait d'abord dans le même bâtiment que celui-ci. Le département fut fondé par le vulcanologue Alphons Stübel qui fut le seul employé pendant les premières années. En 1906 le minéralogiste Walter Bergt prit en charge la direction du département et en 1907, et avec le concours de Hans Meyer, il fit la demande d'être un musée indépendant. Hans Meyer était un préconisateur important du colonialisme et avec son indépendance le musée connut un réalignement qui se manifesta par exemple par l'établissement d'un volet « représentation des territoires d'outre-mer » et par l'exposition temporaire « Les colonies allemandes en images de Ernst Vollbehr » en 1908.

L'institution qui succéda au département , l'Institut Leibniz de la Géographie régionale, possède encore une grande collection d'images de Vollbehr. Vollberh ne documenta pas seulement le quotidien dans les colonies mais il fut , plus tard, peintre de front dans la Première guerre mondiale. Les nazis aiment également son style réaliste et il peint ainsi, pour le compte de l'État, des tableaux des Congrès du Reich ou de la construction d'autoroutes. À l'époque, il devint un des artistes les plus populaires en Allemagne.

Le Musée de Géographie régionale s'adapta à la situation politique globale. Dès 1935 il s'aligna de plus en plus sur la politique et s'agrandit avec le soutien de l'État. En 1940 le directeur, Rudolf Reinhard, demanda un nouvel immeuble et plus grand pour le musée. Son projet prévoyait aussi la construction d'un musée colonial près de la Deutscher Platz. Ceci était, selon lui, justifié par « l'entrée de l'Allemagne dans une nouvelle époque coloniale ». Mais le déroulement de la Seconde guerre mondiale empêcha la réalisation de ces projets. Ni la nouvelle époque coloniale ni le musée colonial ne furent réalisés.